DJANGO DJANGO

DJANGO DJANGO

NOUVEAU SINGLE LE 10 SEPTEMBRE 

Si les ambitions étaient modestes au départ, Vinny Neff, à la personnalité réfléchie et parfois complexe, et le plus direct et volubile Dave McLean, originaire de Dundee, ont pourtant toujours cru en leur projet depuis ses humbles débuts, jusqu’à son émergence en un savant et incontournable mélange d’influences. Tous les deux ont baigné dans la diversité musicale du début des années 90, où comme l’explique Vinny, ses grandes soeurs et leurs potes étaient capables « d’écouter des groupes indés dans la journée avant de filer à une rave au cultissime Kelly’s de Portrush », tandis que « les profs pouvaient parfaitement passer du son rave hardcore dans le car qui nous emmenait en sortie scolaire. »

C’est donc ce duo qui va concocter les chansons du premier album éponyme de Django Django sorti en 2012 – associant garage rock obscur avec un son électro pop plus léger, ces fameuses harmonies vocales et les ambiances à la Sergio Leone – mais déjà le clavier Tommy Grace et le bassiste Jimmy Dixon étaient en orbite et allaient devenir des membres du groupe à plein temps. Ils étaient alors installés à Dalston : « où il y avait des tas de warehouse parties, plein de drôles de paires de lunettes et des gamins cools tout partout, » dixit Dave.

Tandis que le groupe s’attend à une sorte de succès d’estime, son premier opus reçoit un accueil bien meilleur qu’il ne l’avait imaginé, suivi d’une nomination au Mercury Prize et de quelques gros concerts qui enfoncent vite le clou. Et Django Django saura relever le défi, sans jamais en faire trop, ni tomber dans un groove précis. C’était une époque où les groupes – Metronomy, Hot Chip, Friendly Fires, Wild Beasts – mélangeaient savamment tout un tas d’influences sans s’enfermer dans aucune chapelle et Django Django a particulièrement excellé sur ce plan, ce qui en a certes déconcerté plus d’uns, mais a aussi permis de diversifier son public.

Depuis, on peut dire que le fleuve n’a pas toujours été tranquille. Il a fallu parvenir à réconcilier les amateurs indé, les clubbeurs et tous les autres entre les deux.

Et ils ont également beaucoup appris en studio : après Django Django, un premier opus fait maison, ils ont enchaîné sur Born Under Saturn qui leur a permis d’explorer toutes les options possibles qu’offraient un vrai grand studio, avant de revenir à quelque chose de plus basique pour Marble Skies, avec l’apport du jeu particulier à la batterie d’Anna Prior de Metronomy.  Désormais éparpillés géographiquement, les membres du groupe ont décidé de tirer profit au maximum du temps passé ensemble en arrangeant et enregistrant une chanson par jour, ce qui contribue à créer une nouvelle “légèreté” dans l’ensemble du processus.

Une “légèreté” perceptible avec “Spirals” qui démarre sur d’élégantes boucles de synthés qui finissent par constituer un hymne à l’espoir plus pertinent que jamais, utilisant l’image de l’ADN pour méditer sur “les connexions entre les êtres humains qui sont plus fortes que les divisions.”

Il s’agit justement de l’un de ces morceaux conçus pour la scène avec une dynamique tout à fait galvanisante qui déclenche une joyeuse énergie.

Videos
Photos

Contacts

Project Manager

Chloe Corbelin

chloe.corbelin@because.tv

01 53 21 52 57

Marketing manager

Marie Godicheau

marie.godicheau@because.tv

Presse

Daniela Soares

daniela.soares@because.tv

01.53.21.52.62

Radio généralistes

Paul Lucas

paul.lucas@because.tv

01.53.21.52.66

Promo web & presse spécialisée

Emilien Evariste

emilien.evariste@because.tv

01.53.21.53.25

TV

Andres Garrido

andres.garrido@because.tv

01.53.21.53.27