DEEWEE

DEEWEE
‘Foundations’
MAINTENANT DISPONIBLE

Ecouter ici

 

DEEWEE TEEVEE ep1 maintenant disponible ici

Le label DEEWEE, comme tant de choses que David et Stephen Dewaele ont réalisé, vise à construire un sanctuaire. Il ne s’agit pas seulement d’une métaphore : DEEWEE est autant un lieu physique qu’un label – DEEWEE001 est le studio des deux frères nommés aux Grammys (pour leur remix de “Work It” par Marie Davidson), qu’ils ont construit dans leur ville natale de Ghent, en Belgique. Le bâtiment a été conçu pour accueillir leurs amis musiciens – et le label n’est ni plus ni moins qu’un exutoire pour ce qui se passe dans ce bâtiment, les frères supervisant le tout. Ainsi, lorsque l’on écoute Foundations, la 50e sortie et première compilation du label, on est accueilli dans un véritable lieu, une communauté, ainsi qu’un espace partagé de l’imaginaire, amplifié par les beaux designs d’Ill-Studio. À bien des égards, Foundations représente une nouvelle phase dans l’existence du label – aidé par une nouvelle association avec Because Music, son ambition créative s’accélère de façon spectaculaire – mais elle retrace aussi son histoire à ce jour, à partir de la construction du studio.

 

« Nous voulions un endroit où nous pourrions disparaître », dit Stephen. Au début des années 2010, leur carrière était si mouvementée, avec des voyages incessants en tant que groupe et DJs, qu’ils avaient cruellement besoin de ce sanctuaire. De l’extérieur, le bâtiment du studio est assurément moderniste et sculptural, mais l’intérieur est dédié au confort et à l’incitation à la créativité. Ils ont recréé leur ancien studio avec une acoustique améliorée, mais un agencement identique, afin que leur routine d’enregistrement puisse continuer comme avant – et surtout, ils ont inclus un hébergement afin que leurs amis du monde entier (de plus en plus apparentés à une famille) puissent rester, et que les sessions puissent devenir de véritables collaborations, « pas seulement une association de noms ou de branding » comme le souligne David.

 

« Cette idée d’avoir un bâtiment », explique Stephen, « nous a fait réaliser que “OK nous pouvons faire ce label, mais tout ce qui est dessus doit passer par cette table de mixage, par nos mains, et nous devons être impliqués dès le début. Il n’était pas question que quelqu’un nous envoie une démo et nous demande de la sortir” ». « L’idée d’un label, poursuit David, c’est une association. Nous venons d’une époque où les artistes étaient développés, où Island ou Decca avaient un studio interne. Nous n’avions pas l’intention de lancer un label lorsque nous avons construit le studio, mais au fur et à mesure que nous nous sommes réunis, nous avons réalisé que nous pouvions le faire, et cela a soudain pris un sens ».

 

Il n’y avait pas de grande vision pour le label, si ce n’est de réunir les amis rencontrés au cours de deux décennies de voyages dans le monde entier. Mais lentement, organiquement, une esthétique s’est développée. Tout comme les DJ sets et les productions des frères, ils avaient toujours refusé les catégories standard, le label a donc développé son propre son qui ne devait rien aux attentes extérieures. Les sorties sporadiques sont devenues plus régulières, la planification est devenue un peu plus sérieuse que « faire une chanson, presser le vinyle, s’assurer que nos magasins préférés le stockent », et l’enregistrement est devenu un véritable processus impliquant la live room du studio.

 

DEEWEE est le fil conducteur tout au long de leur carrière. Les jeunes rockers inspirés par Kyuss, les explorateurs technologiques qui faisaient passer le temps entre les concerts en jouant les DJs. Les briseurs de frontières qui ont fusionné leurs identités Soulwax et 2manydjs. Les perfectionnistes qui, avec James Murphy, ont construit leur club de rêve à Despacio. Les networkers qui ne cessent d’élargir leur famille musicale : le duo brésilien Phillipi & Rodrigo, la chanteuse et compositrice Caraïbo-Belge Charlotte Adigéry, le chanteur londonien des Klaxons, James Righton – chacun ne se contente pas d’apporter sa propre voix musicale, mais apporte beaucoup à l’identité DEEWEE. 

 

Foundations est une synthèse de ce que DEEWEE est devenu au cours des 5 dernières années, y compris au travers l’étrangeté de 2020. Le disque commence par la disco fracturée et la vulnérabilité du sentiment d’enfermement avec un partenaire dans « Bear With Me (and I’ll stand bare before you) » de Charlotte Adigéry. « Release Party » de James Righton a également été enregistrée en confinement, sa pop-glamour rampante exprimant le désir d’évasion que nous ressentons tous. Parmi les autres nouveautés, citons les percussions ultra-trippantes et l’écriture baléarique de « Leave » de Movulango, un nouveau projet du chanteur Mozes de Future Sound Of Antwerp, et l’ambiance sombre et dramatique du road movie « Drive Me » de Extra Credit. Ce dernier projet est le fruit de jam-sessions entre des amis de longue date de DEEWEE, Joe Goddard (Hot Chip), Justin Strauss (Dj et producteur de New-York) et Marcus Marr (Dj et producteur de Londres), mis en forme et édité par les frères Dewaele.

Depuis leur sortie, les titres existants ont bénéficié d’une nouvelle résonance. Le très recherché « Italove » d’Emmanuelle est apparu dans le film italien Dogman (prix d’interprétation masculine à Cannes pour son acteur principal Marcello Fonte); ‘Close to Paradise’ de  Soulwax a été sorti par DEEWEE / Vinyl Factory en collaboration avec LOEWE et Michel Gaubert (illustrateur sonore pour des défilés de mode). « Paténipat » d’Adigéry a figuré dans les épisodes et la bande annonce officielle de la série The New Pope sur HBO avec Jude Law (Nommé comme meilleur acteur dans une mini-série ou téléfilm au Golden Globes en 2018). Pour autant, ce que cet album démontre avant tout, c’est la cohérence sonore de DEEWEE : les titres coulent ensemble comme un seul morceau. L’envolée baléarique de ‘Aquarius” par Die Verboten se place parfaitement à côté de « Heaven Scent », postpunk sensuel de Soulwax & Chloë Sevigny. L’électro-funk tendu du « DEEWEEDUB » de « The Other Me » de Laila se fond parfaitement dans le « Wanowan Efem » d’Asa Moto, bien plus organique et inspiré de l’afrobeat. Le tout avec l’implication des frères à toutes les étapes, de la création au produit final, et l’esthétique de Ill-Studio complétant parfaitement le son, s’ajoute à un artefact aussi artisanal que n’importe quel projet de Soulwax (en particulier sur la glorieuse édition vinyle 3LP).  

Cette compilation est donc bien plus qu’une simple rétrospective. Chacun des nouveaux morceaux représente le début d’un nouveau projet ou d’une nouvelle collaboration, et la conception et la réalisation de la compilation elle-même sont un signal fort de la puissante ambition du label quant à ce qui peut être réalisé grâce au partenariat avec Because Music. On est loin des débuts rock adolescents des 90’s ce qui prouve qu’avec toutes ces ambitions et ces nouvelles connexions le projet DEEWEE n’en est, à bien des égards, qu’à ses débuts. Il reste encore beaucoup à faire pour construire leur monde, mais comme le dit Stephen Dewaele : « Pour nous, la longue route est plus satisfaisante ».

Videos
Photos

Contacts

Marketing manager

Marie Godicheau

marie.godicheau@because.tv

Project Manager

Chloe Corbelin

chloe.corbelin@because.tv

01 53 21 52 57

Project Manager Assistant

Bellevue Isaiah

marketing7@because.tv

06.44.05.73.66

Relations presse

Freslon Virginie

virgfreslon@gmail.com

06.50.07.94.00

TV

Andres Garrido

andres.garrido@because.tv

01.53.21.53.27

Radio généralistes

Paul Lucas

paul.lucas@because.tv

01.53.21.52.66